Le dilemne des élections part one

Je vote à la mairie du IV° arrondissement. Le bureau n°1. Il était vers 11h quand je suis arrivé au bureau. Il n’était pas nécessaire de s’encombrer de listes inutiles. J’en prends 3. M’enferme dans l’isoloir et scrute les listes. Je n’avais fait aucun choix avant de rentrer dans cette cabine. Je repère certains noms puis me décide quand une personne ouvre le rideau. Elle s’excuse. Je termine de plier le papier.

Ce choix fut cornelien. J’étais heureux le jour où Delanöé pris le pouvoir à Paris. Si l’on veut une municipalité qui avance, il faut aussi que la région puisse lui apporter son soutien. Un vote raisonnable était donc le vote Huchon.

Mais ce mec, je n’arrive pas à le sentir. J’avais lu son portrait dans Libé. Un type bien qui écoute les gens, qui sait prendre des décisions et qui adore Portishead et PJ Harvey. Mais j’ai pas pu voter pour lui. C’était comme ca.

Pour la deuxième fois, j’ai voté à droite (Coppé/UMP). J’ai voulu sanctionné la maire de mon quartier qui veut entreprendre des chantiers inutiles. Je voulais aussi sanctionner le gouvernement pourtant. Mais ces éléctions étaient régionales et non nationales. La sanction locale était donc la plus honnête.

Mais je ne veux pas que les gens puissent croire que j’ai voté pour lui à cause de Nicolas Sarkozy ! Non, j’ai trouvé des gens biens dans sa tête de liste. D. Versini qui a monté le SAMU Social, N. Guedj qui a milité des années pour les droits de l’homme…

En sortant du bureau de vote, on m’a posé la senpiternelle question : “M. Guetta, ce soir vous venez dépouiller avec nous ?” – “Non, j’ai quelque chose de prévu, peut-être la semaine prochaine” … Il y a les Soprano le dimanche coco, t’es malade ou quoi ?

Descendant d’une petite passerelle, je vois deux homos, stéreotypes des années 80. Tout les deux moustachus, Cuir à gogo (perfecto et casquette). Je pensais que ces homos avaient évolués. Qu’ils étaient devenus soit des Gym Queen ou des mecs rangés. Non ils sont restés au clip des Village People. C’est peut être grace à eux qu’ils ont fait leur coming-out et veulent à jamais les remercier en s’habillant comme le motard qui fut pour eux la révélation de leur identité sexuelle. Allons savoir…

En fait, je sens que la semaine prochaine, un autre dilemne va se poser. Et le pire, c’est que j’irai encore voter…



No comments yet.

Leave a Reply