Kamel Ouali ou le comble de la danse contemporaine

Hier soir. TF1. WorldBest. Compétition. On retrouve tous les finalistes des diverses Star Ac’. Je zappe une première fois en début de “cérémonie”. Plat. Retour sur TF1 en fin de cérémonie…

Les “apprentis-artistes” ne sont généralement pas bons. Concentrons nous sur le dernier plan. Les danseurs. Je dirai même plus, les danseurs de Kamel Ouali.

Entendons nous bien, je n’ai pas l’autorité morale d’un Jean Claude Diénis ou d’un Daniel Conrad. Soit. On retrouve une troupe d’une vingtaine de danseurs tout sexe confondus. Du black bien bati à la frêle jeune fille. Des costumes inégaux. Des mises en scènes intéressantes. Intéressantes en quoi ?

Les chorégraphies de Kamel Ouali sont des carricatures de la danse contemporaine. Une version populaire. Du pré-mâché. Du mouvement sans véritable message et beauté.

Il y a quelques mois quand Lloyd Newson et sa troupe DV8 se demandait combien pouvait coûter un mouvement de danse typiquement contemporain et par analogie combien coutait la vie, il y avait une profonde critique de ce système. On pensait que le message allait passer dans le milieu fermé de la danse.

Si une personne est resté insensible à ce message, c’est bien Kamel Ouali. En tentant d’apporter une “valeur” à ces chanteurs formatés, il nie la qualité artistique et unique de son travail. Son travail se perd dans la masse. On voit du mouvement à l’écran mais un mouvement qui se perd dans un tas de gestuelles à la limite du comique. Ce black en culotte rouge sautant et levant sa jambe par exemple. Nous n’étions plus dans de la danse, mais dans un simulacre de danse. Une carricature disons. La danse contemporaine étant pour moi une évolution vers une danse plus proche de l’humain. Ici, elle est atrophiée.

Je n’ai pas vu les comédies musicales qu’il a chorégraphié. Cependant, je suis certain qu’il y avait du bon. Pourquoi ? Tout d’abord le format. La télévision n’est pas un support adéquat à la danse. La caméra ne peut retranscrire certaines choses. Surtout quand il s’agit de mouvement… La scène apporte tout son sens. On peut se concentrer sur le spectacle. Il est contextualisé.

Kamel Ouali devrait donc penser à arreter de gacher son talent de vulgarisateur de la danse comtemporaine à la télévision. Et l’exploiter plus sur scène et autre part que dans des comédies musicales. Qu’il nous apporte un message plus profond, plus personnel. Qu’il nous montre qui il est.

Et surtout qu’on arrête de l’encenser. Encenser Kamel Ouali en tant que chorégraphe, c’est insulter Béjart, Petit, Bausch, Prejlocaj et tant d’autres.



12 Responses to “Kamel Ouali ou le comble de la danse contemporaine”

  1. mél
    21/7/2004 at 12:59 #

    je ne suis absolument pas d’accord avec toi!!!!!!
    petite question,pratique tu la danse?????aparamen non!!moi oui et ce depuis 13 ans alors la danse j’en connait un rayon et assez pour te dire que tu trompe!!! kamel est un artiste!!!

  2. nathan
    21/7/2004 at 15:10 #

    La danse n’est pas qu’une affaire de danseurs, elle est aussi affaire de spectacteurs. (l’un sans l’autre ne fonctionnerait pas…)

    Kamel est un artiste, mais il n’arrive pas aujourd’hui à la maturité que peut avoir Sidi Larbi Cherkaoui.

    Ca fait peut-être 13 ans que tu danses, mais tu n’as pas du voir beaucoup de (belles) chorégraphies. Oublie ton cours de danse hebdomadaire, et va voir le boulot que réalise P.A.R.T.S. ou le TanzTheater de Pina. On en reparlera par la suite.

    Merci en tout cas d’ouvrir le débat 😉

  3. Tilila
    19/12/2004 at 11:23 #

    Franchement c’est n’importe quoi?!!!!!! De quel droit est ce que vous vous permettez de critiquer un artiste aussi génial et inventif que Kamel ouali. Si j’étais vous la première chose que je me demandrais, c’est est-ce-que je suis capable de faire ne serai-ce que le dixième de ce qu’arrive à faire cet innimitable chorégraphe. Et si vous osez répondre OUI à cette question c’est que vous êtes vraiment un sale menteur (et là je me force de rester polie)
    Je ne vous salue pas!

  4. nathan
    20/12/2004 at 13:10 #

    Du droit de critiquer dans la société contemporaine, un joli sujet de dissertation. Sachez, que je m’octroie ce droit. Ca vous énerve hein ! Et bah va falloir faire avec Tilila.

    Puis-je faire mieux ? honnêtement, oui. Encore faut-il que je puisse créer une troupe avec les moyens financiers que cela suppose. Que je m’initie à l’écriture chorégraphique, que je bouffe pas mal de scénographie.

    Ayant regardé un bout du dernier “Prime” de la StarAc’, je ne peux que vous répondre par la positive. C’était tout simplement horrible. Aucune créativité, que du réchauffé ! Des mouvements sans grâce, sans rôle. Du mouvement inexpressif.

    Mais parlons chorégraphie pour comprendre votre admiration ! Quelles sont vos influences ? Vos goûts en la matière ?

  5. Mol
    7/1/2005 at 19:43 #

    Dites moi monsieur Nathan, vous ne seriez pas imbu de votre petite personne au point de vouloir péter plus haut que votre cul télement fort que vous en avez le dos sale par hasard?

  6. nathan
    7/1/2005 at 20:02 #

    Imbu de ma personne et pétant plus haut que mon cul. Affirmatif. Et alors ?

    No comment.

  7. TitKat
    10/1/2005 at 11:41 #

    Et C pour ca ke j’t’aime 😉

  8. VIRGINIE
    25/4/2005 at 22:27 #

    Effectivement kamel ouali est un artiste mais ne confondons pas art et culture ! Et tout est culture mais tout n’est pas art ! Voilà la différence entre Sidi Lharbi Cherkaoui-Pina Baush-Sasha Waltz… et Kamel ouali !! En culture et surtout en france tout le monde peut devenir un jour artiste pas en art !
    Je crois aussi que tant que l’on a pas vu les spectacles de ces artistes là et l’émotion qu’ils procurent on ne peut comprendre. Et ce n’est pas “péter plus haut que mon cul” c’est tout simplement dire que les belles choses sont accessibles à tout le monde !!
    Petit message à Nathan, je suis heureuse de voir que nous admirons les mêmes artistes! Juste une question as-tu déjà vu un spectacle de Lloyd Newson? Car on m’en a beaucoup parler mais j’avoue ne jamais avoir rien vu de lui !

  9. nathan
    25/4/2005 at 23:25 #

    Hello Virginie,

    J’ai vu Lloyd Newson l’année dernière au Théatre de la Ville dans The Cost of Living. Tout simplement génial ! On est dans du théatre dansé à la Pina mais avec un coté corrosif et subversif que j’affectionne énormément. Des tableaux vraiment captivants et différent. Newson n’a pas peur de violer les codes et c’est assez grisant ! Grand reproche à me faire, j’ai raté la vidéo réalisé à partir de “The Cost of Living” pour Channel 4 qui était projeté à Beaubourg au mois de février 🙁

    Tu t’occupes des Grandes Traversées ? Belle programmation ! 😉

  10. virginie
    26/4/2005 at 11:57 #

    Salut Nathan,

    Merci pour ta répoonse, je suis curieuse de le découvrir !
    Mais je crois qu’il passe au théâtre de la ville en octobre prochain !!!!
    Oui je suis la co-directrice du festival. Et nous préparons notre prochain festival au mois de novembre où nous offrons une carte balnche à Larbi qui vient avec de nomreux invités comme Akram Khan que nous avons par ailleurs invité en mars dernier et avec qui nous sommes en amitié comme avec tous les eartostes que nous recevons d’ailleurs ! le programme sera bientôt en lign (environ 12 spectacles différents dont Foi, tempus Fugit, Ook, Bâche, Ibm…) Tout les ballets C de la B, quoi !!!

  11. nathan
    28/4/2005 at 14:54 #

    Génial, une superbe initiative qui me permettra de découvrir Bordeaux ! 🙂

  12. Alex
    21/5/2005 at 23:57 #

    Je suis actuellement en train de mater “Foi” de mister Larbi sur Arte, et bien je n’aurai qu’une chose à dire : “Whaouh”.
    Pas la peine de faire de la danse pour se rendre compte de la qualité, tant scénographique, que chorégraphique. J’en ai presque la chair de poule, et Kamel peut aller se coucher (au lit le Ouali!!).

Leave a Reply