IRM

J’ai décidé de mettre un cliché plus insolite de moi dans la rubrique “Ma tronche”. Un cliché d’un IRM du cerveau. Le mien en fait.

Un IRM du cerveau, c’est un examen dont on ne se sent pas fier. Un peu comme son premier dépistage du VIH. On se rapelle tous de cette prise de sang et du stress à l’ouverture de l’enveloppe.

Un IRM du cerveau c’est des minutes qui paraissent interminables dans une cage où l’on entends des bruits stridents. Une piqure à l’iode pour que l’on observe bien tout ce qui passe dans chaque coin de votre tête.

Puis vient l’attente du compte-rendu dans une salle d’attente d’hopital. Où les noms sont égrainés par une secretaire médicale mal réveillé qui tend une enveloppe à l’appelé. J’attendis 45 minutes dans cette salle. Fait rare de la matinée, c’est le médecin qui m’a appelé. Je le suis dans un couloir sineux et arrive devant un négatoscope. Ils regardent les clichés. Encore des interminables minutes pour m’annoncer qu’il n’y a rien.

Vient une émotion d’accomplissement réussi. Un pur plaisir qui s’estompe rapidement, car le cerveau lui aussi a compris que l’on a rien fait. Que l’on s’est juste allongé une quinzaine de minutes dans un tube.

Bref, quelques jours plus tard, un médecin me dit que ce genre d’examen peut donner une nouvelle dynamique à sa vie. Je lui répondis que non, que l’on avait tous connus des moments pires que cela, des décès, des opérations douloureuses, des dépressions, etc…

Mais ce matin, je sentis comme un contre-coup. Comme si je m’étais rendu compte 3 mois après de ce que j’avais vécu et de la chance qui m’avait été donnée. Ma vie n’a pas changé, pas de nouvelle dynamique. Mais ma vision de la vie semble avoir évoluer. Une petite barrière saute. On relativise plus de choses. On regarde ces mêmes choses d’une manière plus posé.

Un mal de tête ne sera plus la source d’une peur quelconque comme une malformation ou une tumeur, mais une faute à pas de chance qui trouvera sa réponse dans une aspirine…

Le coût de l’opération a beau être élevé, mais une telle libération n’a pas de prix !



3 Responses to “IRM”

  1. Thor
    16/4/2004 at 14:49 #

    A mon avis, ta “mue” ne vient pas de cet examen, mais plutôt, ou aussi, de l’avancée en âge, non ?

    Ou alors c’est les deux.
    En tous cas, c’est bien exprimé.

  2. mamina
    16/1/2005 at 9:59 #

    J’ai un I R M a passer, et bien qu’ayant subi une grande quantité d’examen, celui ci, que j’apprehendais, me touve prescrit!!! Mon gros problème, c’est que je suis claustro a 120% Quelqu’un peut-il me dire si c’est long, terrible d’être enfermé, j’ai une trouille pas possible. Peut-être un truc a savoir pour supporter????? Merci de me répndre

  3. nathan
    16/1/2005 at 12:16 #

    Respire, ne bouge pas, ca ne dure qu’un quart d’heure voir moins… Bref, keep cool ! La machine ne va pas te manger.

    Mais si tu es une vraie claustrophobe, je te conseille de prendre un “calmant” avant. Parles-en avec ton médecin…

Leave a Reply