Se sentir mal

Il y a des jours où l’on se lève avec le vague à l’âme. La moindre glace vous réflechit tout ce qu’il y a de moche en vous. Physiquement et moralement. Alors on se réfugie tant bien que mal où l’on peut, dans la musique, le travail, le beau.

Dans ces jours, on se sent rebus de la société. Vous êtes mis de côté. Normal, vous laissez transparaître cette condition.

Ne jamais s’imposer. Ne jamais demander. Peur de l’oubli, d’être oublié. De ne plus vivre sa vie. De l’observer. De confondre la prise de recul à l’observation inherte.

Ma chemise YSL tombe en lambeau, Tom Waits va se remettre à chanter, demain sera un autre jour.

(Update : ca va mieux, heureusement que Laurent m’a renvoyé chez EmotionEric, il a fait de nouveaux trucs rigolos comme lécher une barre (vous savez les barres où l’on se tient) dans le métro)



No comments yet.

Leave a Reply