Kotel California

Kotel California. La Californie en mur des lamentations. Tout un programme pour le “roman de l’été”. C’est ce qu’indique le ruban rouge de chez Hachette Littératures.

Quand je lis les aventures d’Eli S, ca me rapelle les anisettes de Chez Raymond ou de Chez Jeannot qui n’existent plus d’ailleurs. Les discussions de feujs au comptoir qui duraient des heures.

Eli S. (le personnage principal) est à Los Angeles cette fois-ci et on se délecte de ses petites aventures en Californie. C’est frais, c’est réaliste (les combines sentent le vrai), les réflexions ne sont pas déplaisantes. C’est aussi bourré d’humour juif séfarade ce qui est rare dans la littérature française.

Merci Michaël pour ce livre, c’était 4 jours de bonheur mais si tu pouvais demander à ton éditeur de virer ce ruban. Car ce livre, c’est tout sauf un roman de l’été.



3 Responses to “Kotel California”

  1. Priere
    30/7/2006 at 10:19 #

    En parlant de mur des lamentations, on peut envoyer une prière au Kotel par Internet ici : http://www.tzetel.com

  2. XavZ
    31/7/2006 at 22:08 #

    Question bête : C’est quoi l’humour juif séfarade ? est-ce que c’est “compréhensible” par tous ?

    Y a pas vraiment d’humour dedans mais j’ai adoré “L’élu” de Chaïm Potok. Tellement que j’ai cherché, sans trouver, d’autres romans du même auteur.

  3. nathan
    1/8/2006 at 2:10 #

    L’humour séfarade grande question… Comment le définir ? Je crois que tu peux comprendre l’humour séfarade si tu as passé un peu de temps accoudé dans un de ces 3 fameux bars :
    Chez Raymond, Chez Jeannot ou Chez Franck Рles trois ̩tant dans le marais.
    Il s’agit d’un humour oriental, moins intellectualisé que l’humour ashkénaze qui souvent utilise des double-sens. Ici, c’est plus de l’humour qui provient du coeur.

Leave a Reply